Cinquième jour : d’Audinghen à Calais

Le lendemain matin , au hasard  d’un rayon de soleil perçant au milieu des nuages lourds, nous comprîmes tout l’intérêt stratégique,  de la position d’ Audinghen pour l’organisation Todt, découvrant l’étendue maritime depuis Boulogne en passant par la baie  la baie de Slack jusqu’aux deux caps.  C‘est ici que les Allemands  déployèrent une formidable batterie au hameau de Haringzelle afin de contrôler le Pas de Calais.

« Située au sud du Cap Gris-Nez, au hameau de Haringzelle sur la commune d’Audinghen, la batterie Todt se trouve à mi-chemin entre Calais et Boulogne. Avec ses quatre canons de 380 mm, elle était la deuxième batterie de marine la plus puissante du Mur de l’Atlantique, en France. Longs de près de 20 mètres et pesant chacun un peu plus de cent tonnes, ces canons avaient une portée maximale de 40 000 m, ce qui leur permettait d’atteindre les côtes anglaises. Primitivement, ces pièces étaient placées sous tourelles blindées dans d’immenses encuvements (6000 m3 de béton chacune) comme les batteries similaires sur les deux rives du détroit du détroit de Skagerrak ou dans le fjord d’Oslo, à Notteroy. D’un poids de 340 tonnes, chaque tourelle constituée  de plaque de blindage assemblée sur place  reposait sur un pivot scellé dans un socle en béton de forme conique, permettant à l’affût du canon de se déplacer sur un rail circulaire grâce à un puissant moteur électrique.

Toutefois, en raison de l’insuffisance d’épaisseur du blindage des tourelles qui, de surcroît, ne couvraient pas entièrement l’encuvement, les canons de la Batterie Todt était progressivement mis sous béton. D’un volume chacune de 12 000m5 de béton, les casemates – comme on peut encore le voir de nos jours – sont des blocs gigantesques  ( plus de 30 mètres de long pour 20 mètres  de haut sur une dizaine de mètres de large).  A côté de la vaste chambre de tir, on trouve les salles pour la poudre, les obus et l’usine électrique. La batterie qui disposait  d’un poste de direction de tir  à la pointe du Cran-aux-Œufs, est devenue, depuis les années 1970, un musée dont le clou de la visite est un canon Krupp de 280 mm sur voie ferrée capable de lancer un obus de 250 kg à plus de 60 000m

Remy Desquesne. Le mur de l’Atlantique : de Dunkerque au Trèport . Editions Ouest France p 56


Quand nous nous mîmes en route, la pluie se mit de la partie. La journée de marche qui nous emmenait sur les deux caps ne serait pas de tout repos. La contrée était un lieu prisée des randonnneurs, mais ce jour-là nous ne rencontrâmes quasiment personne dans Le parc naturel régional des deux caps.


Le septième jour 1

accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts