accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts

Le huitième jour 1

Huitième jour : de Carentan à Isigny

Etrange chambre d’hôte dans une maison ancienne à Carentan avec à l’étage une longue galerie vitrée  qui donnait sur un jardin fermé entre deux murs. Au bas de la rue, dormait le port et son canal qui se perdait vers la mer jusqu’à la baie des Veys,:

« Après la dure et longue étreinte de l’hiver, sous les orages et les pluies de printemps, ça a été, dans cette forte terre normande, une véritable explosion d’herbes et de feuilles. Tout était vert, d’un vert noir, les plaines et les collines, et, pour me servir d’un vieux cliché, la locomotive mordait à pleine roues dans « un océan de verdure ». Mais voici Lison, Isigny, le pont de fer jeté sur la Vire et les vastes marais du Cotentin. Changement à vue. Les nuages s’abaissent, se condensent, l’horizon se noie et le ciel fond en eau. J’entends dire, à Carentan. «  Ce n’est rien ; c’est la montée de la mer »

Charles Frémine, Promenades et Rencontres, 1905.

A l'époque gallo-romaine la ville s’appelait Carentomagus, terme qui serait issue de l'anthroponyme gaulois Carentus ou du substantif carento, « cher », « beau », et de magos, « marché ». La réputation de l’existence d’un marché opulent dans une région agricole fort riche eut le malheur d’attirer  ici les envahisseurs Vikings  puis anglo-saxons. Au XIIIème, la ville de dota de fortifications qui  ont disparu au milieu du XIX ème siècle.   

Sur le port, nous fûmes tout de suite intrigués par la présence sur le quai  d’une remarquable embarcation : une réplique d’un langskip qui évoquait tout de suite pour nous « Les Vikings » (The Vikings) le film américain de Richard Fleischer sorti en 1958, avec le fabuleux Kirk Douglas  dans le rôle d’Einar, le fils du roi viking  Ragnar.

Un charpentier était en train de restaurer la grande barque sur ses béquilles de carénage. Un panneau sur le quai détaillait l’historique et les caractéristiques du navire baptisée le Dreknor. A lire toute son histoire, nous découvrîmes que les techniques d’invasion des Vikings n’étaient pas si éloignées que cela des tactiques utilisées par les stratèges alliés lors du  DDAY.

« On a tout dit sur les qualités nautiques des navires des vikings. Ces nefs sont parvenues à un point exceptionnel de perfection. Elles sont réalisées par des spécialistes de haut niveau à partir de matériaux de très bonne qualité,  pourvues d'un gréement simple, permettant quand même  de serrer le vent de prés et de faire route par n'importe quel vent. Ce sont des navires amphidromes, c'est-à -dire symétriques de l'avant et de l'arriére, pouvant évoluer dans les chenaux étroits et dans les fleuves. lls sont robustes et tiennent bien la mer.  Les Vikings utilisaient deux types de navires: ceux destinés essentiellement au commerce et au transport, et  ceux appelés navires de guerre qui peuvent, si nécessaire, servirent indifféremment au commerce et à la guerre: Le knorr et le langskrip.