^^^

À suivre…

accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts

à propos du morphonaute :

«  … L’activité photographique, parmi d’autres, me permet une plus large réflexion et plus de recul sur le monde agité dans lequel nous vivons. Elle développe chez moi un sens critique plus aigu sur son évolution. Dans la photographie, je redécouvre pêle-mêle, les émotions suscitées par les paysages, les bêtes, les gens, par les révoltes et par les enthousiasmes ressentis en chemin. Avec toutes ces "conversations", je nourris chaque jour davantage l’espérance de nouvelles lumières. Voilà l’essentiel de cette passion »…  

Evénements sur le site du morphonaute:  

-  2012 Monochromes (coloriages impromptus) - 2012 Hibakusha - 2012 Langtang (avant le séisme) - 2012 Drôle de Tram-  2012 Eros - 2013 Mahabarat ( la ressource) - 2013 Tibet or not Tibet - -2014 Fille et Fils de 14 - 2015. 2016 Ballade à Geo  (13 numéros) - 2016 Centenaire MM-  2017.2020 Murmure de l Atlantique (13 numéros)- 2012 à 2020 Affiches politiques (non publiées) - Assurances Covid 2020 (non publiées)


Extrait de la Série « Assurances Covid »

À


S

U

I

V

R

E

Takarai Kikaku (1661 -1707)

« Quand je me lève

il titube

le ciel étoilé. »

Haïku du mois:

Un train d’enfer …

Quantité selon votre appétit ! -

La recette


La soupe, élément le plus important du plat, est composée :

de poivre noir,

d’ail,

de cannelle,

de cardamome,

d’anis étoilé,

un peu de galanga,

de poivre du Sichuan,

quelques  peaux d’orange séchées

de racine de coriandre.

 Et  un bon jarret de porc du marché de Wuhan




L’ingrédient le plus important est le pied de porc. Dans un premier temps, il est nécessaire de passer le morceau de porc sous le feu pour le débarrasser de ses poils. Une fois fait, on le passe à l’eau pour le laver. Dans un second temps, dans une grande poêle pleine d’huile bien chaude, on le fait frire. Pas longtemps, car le reste de la cuisson se fait dans un autre plat avec la sauce ou la soupe …

Même s’il y a beaucoup d’épices dans cette soupe, le goût sucré ou caramélisée du plat est très caractéristique. En effet, on rajoute dans un troisième temps du sucre de palme et beaucoup d’eau. On y ajoute des condiments comme la sauce de poisson, la sauce de soja, la sauce d’huîtres etc.

La cuisson se fait dans un grand faitout. La viande est totalement recouverte de soupe et doit cuire pendant minimum 3 heures à feux doux. Plus ça cuit, plus c’est bon !

Une fois la viande bien cuite – elle est fondante et absolument délicieuse – on la coupe en morceaux et on la mange avec du riz, des feuilles de moutarde marinée dans la soupe et un œuf dur.



 La Chine est démodée, mangez Thaïlandais !

Juke box

Samarabalouf- confinés 2020

Accompagnement

  BEERLAO


Manlouches - Ecueil - 2018

Khao Kha Moo Pa Lo, le jarret de porc à la thaïlandaise