Le cinquième jour 1

Troisième jour : d’Etaples à Equihen-Plage.

Nous nous réveillâmes de matin –là avec une  bonne gueule de bois. Le lever fut difficile. J’imaginai avec peine, l’état de notre chère M. qui nous avait tant émus. Vaille que vaille, elle nous attendait dans la cuisine les traits un peu tirés et  le souffle court ,mais souriante et toujours avenante. Avec son humour un peu goguenard elle nous accueilllt avec :

-  Alors pas trop mal aux cheveux pour une nouvelle journée de marche ?

Le petit déjeuner était  idéalement composé pour surmonter ce type de défaillance:  pain frais, croissant léger, confiture maison et beurre locale, jus d’oranges pressées,  thé noir, café belge nous redonnèrent goût à la vie  …

- Jusqu’où vous alllez, aujourdh’hui ?

- Notre prochaine étape nous mène à Equihen …

- Ça  fait une trotte, vous restez sur le GR120 ?

- C’est un peu le but du jeu.

- Il fait  vraiment un sale temps. D’ici,  ça fait une trotte pour gagner le chemin. Je vais vous mener un bout en voiture et vous déposer à la sortie d’Etaples, près du camping de la Pinède.

Nous protestâmes faiblement : nous ne voulions pas la déranger davantage. Mais marcher dans  les  quartiers désolés sous la pluie battante, pendant une demi-heure pour rattraper le sentier des douaniers sur la côte, ne nous enchantait guère.  Nous acceptâmes avec une grande reconnaissance

- Ce matin , ajouta-t-elle, je ne suis pas pressée … dit-elle engoncée derrière le volante.

Elle claqua lourdement sa porte. Quand la voiture démarra, je jetai un dernier regard du coin de l’œil vers  le garage  où quelques mois auparavant, elle avait retrouvé son mari pendu. Nous ignorions tout des raisons qui avaient entraîné ce drame, mais cette femme, par son accueil aussi généreux, nous avait donné une leçon d’humanité.

Sans plus de démonstrations elle nous déposa au lieu-dit, désolée que nous ayons à marcher sous un aussi mauvais temps. Nous prîmes congé très amicalement.

Une piste cyclable longeait la départementale 940. Mais nous n’avions pas fini d’en apprendre sur la localité d’Etaples. Nous étions à la hauteur d’un immense cimetière militaire :

Devant Arras et Boulogne-sur-Mer, Étaples est sans conteste le principal lieu de cantonnement des troupes britanniques dans le Pas-de-Calais durant la Grande Guerre.




accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts