accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts

Le huitième jour 1

Sixième jour : de Calais à Grand-Fort Philippe

Notre hôtel étant situé  rue Vauxhall en plein  centre ville, il ne nous fallut pas longtemps  à pied pour gagner l’^Hôtel de Ville juste après le petit déjeuner. Le temps qui s’était remis à la pluie nous contraignit à revêtir nos capes. Sur le web, nous avions retrouvé  toute l’histoire de la ville rapportée par  un calaisien de parents anglais.

« Les origines du nom de Calais sont fort obscures; une première hypothèse le fait dériver du celtique «Kal» ou du saxon «keel» signifiant baie, embouchure, une autre explication tend à démontrer que les Calètes venus aider les Morins à repousser l'invasion romaine, auraient donné leur nom à la ville.

L'invasion de la Gaule par les Romains donna une très grande importance à Calais qui, très proche des côtes anglaises, permit à César de rassembler près de 1000 voiles, cinq légions et 2 000 chevaux et de se lancer à la conquête de l'Angleterre.

Simple village de pêcheurs jusqu'en 997, le comte de Flandre, Baudouin IV, commença à l'aménager; un peu plus tard, Philippe de France, fils de Philippe Auguste, comprenant la valeur stratégique de ce port, fit construire des murailles et creuser des fossés afin de le mettre à l'abri de toute attaque. Voir lithographie de cette époque.

Le roi Charles IV, mort sans descendance, laissa la Couronne de France à son cousin Philippe IV, mais Edouard III, roi d'Angleterre, et petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, ne l'entendit pas ainsi et décida de conquérir le trône par les armes. Sa victoire de Crécy en 1346, lui permit d'envisager le siège de Calais, «la serrure et la clef de la France ».

Les Calaisiens, retranchés derrière leurs imposantes murailles, résistèrent avec courage jusqu'à ce que la famine les obligeât à se rendre. Il suffit, pour se rendre compte de cette misère, de lire le message qu'adressa le gouverneur de la ville, Jean de Vienne, au roi de France: «Sachez qu'il n 'y a rien qui ne soit tout mangé, et les chiens, et les chats et les chevaux; et de vivres nous ne pouvons plus trouver si nous ne mangeons chair de gens, si nous n'avons pas un bref secours». Malheureusement, ce message fut intercepté par Edouard 111, et Philippe de Valois dut renoncer à toute attaque tant les positions de l'ennemi lui semblaient invincibles. C'est ainsi que le 4 août 1347, six bourgeois, choisis par les plus grands notables de Calais, remirent les clefs de la ville au roi d'Angleterre, et la signature du traité de Brétigny en 1360 confirma cette victoire. La France venait ainsi de perdre l'un de ses plus forts bastions, et devait attendre plus de deux siècles avant de pouvoir le reconquérir. Les Anglais firent de nombreux aménagements dans le port qui, d'une part, était réservé à l'importation des laines anglaises, et d'autre part, permettait à leurs troupes de débarquer facilement sur notre continent.

En 1520, l'entrevue du Camp du drap d'or entre les rois de France et d'Angleterre François 1er et Henry VIII, en présence de plus de 10 000 personnes, donna lieu à des fêtes somptueuses qui,  dit-on, ruinèrent maintes personnalités.Enfin, en 1558, le duc François de Guise, après une campagne fort audacieuse qui ne dura que huit jours, réussit à reprendre Calais, laissant les Anglais dans la plus grande consternation.