accueil Estran ressources Molly Malone ceux de Scissy contacts

Humanités et reflets  1





Humanité

Il  y deux  tribus bien distinctes qui se répartissent sur  tout ce vaste territoire.

La première est celle des singes nus préoccupés essentiellement  par un coin de territoire dont elle ne s’éloignera jamais trop, en tous cas jamais au point de le perdre de vue.  La partie haute de la plage est l’endroit privilégié pour établir son campement : le sable y est sec et doux, et le vent souvent plus clément. Les individus de cette tribu y déploie fréquemment un parasol, parfois une tente de plage véritable hutte qui, s’il elle ne protège pas tout à fait des éléments permet de conserver une certaine intimité protégeant des indiscrétions   intempestives, dissuadant des incursions étrangères. Prétexte  aussi à une illusoire pudeur.

L’emplacement n’est pas choisi au hasard. En fonction du taux d’occupation de la plage, la distance entre chaque campement s’établira une respectant les usages de l’endroit. Idéalement pas trop loin des accès de la plage et à proximité de la mer. Sur cet estran particulier, l’amplitude des marées accentue ou atténue la règle. Elle n’est d’ailleurs pas toujours apparente. C’est surtout les jours de grand trafic, vers le 14 juillet   ou le 15 août quand la plage se remplit de touristes qu’elle commence vraiment à s’appliquer.  

Seulement alors on constate qu’il existe deux sous-groupes. Les singes à peau claire et ceux à peau bronzé qu’on pourrait aussi départager entre novices et vétérans. Ces derniers, les premiers arrivés on tendance à davantage s’approprier l’endroit : plus à l’aise dans leurs  gestes et  leur nudité, ils se sentent plus en accord avec ce lieu de libertés. Les premiers, arrivés de fraîche date, ne connaissent pas encore toutes les us et coutumes  de cette nouvelle communauté. Mais ils gardent souvent l’intention ferme de s’y maintenir. L’origine sociale, voire ethnique  de chaque famille joue ici aussi un rôle important. Ainsi les familles étrangères se verront souvent un plus à l’écart et parfois même  se retrouveront isolées.

Ces différents « campements » peuvent se répartir en trois catégories :

Les familles avec enfants qui s’étendent davantage. Elles sont plus bruyantes, plus agitées et se répandent tout autour en de multiples activités qui troublent leur voisinage immédiat tout en le distrayant beaucoup. Ce sont châteaux de sable, jeux de raquettes, parties de boule ou de ballon qui projettent beaucoup de sable. L’agitation des serviettes, façon torrero, ajoutent au jeu des couleurs et des éclats de voix. Bien souvent, un gentil quadrupède supplémentaire  vient ajouter de la joie à ce joli remue-ménage, en jappant de conserve.