Le sixième jour 1

Sixième jour : De Portbail à Baubigny

Après les pluies nocturnes, le jardin de M.  V était une symphonie de couleurs. Ce fut un vrai plaisir de photographier ses fleurs. Nous prîmes congé et redescendîmes vers le port pour reprendre le chemin du Nord. Et le spectacle des vieilles maisons de cette ancienne  station balnéaire dont le trafic portuaire avec les îles anglo-normandes avait été dit-on jusqu’au 20ème siècle bien plus important que celui de Granville  à tel point que la cité comptait, avant-guerre, jusque 14 hôtels de tourisme, nous faisait remonter  le souvenir de temps plus prospères. Sur le pont, nous croisâmes une vieille femme qui avançait gaillardement tout en tirant sur ses bâtons de marche nordique. Au cours de nos échanges de politesse, nous apprîmes par hasard que notre couple de logeurs de la nuit   avait perdu dans leur jeunesse un fils âgé d’une dizaine d’année, fauché par une voiture, alors qu’il jouait dans la rue juste en face de leur demeure. Nous en éprouvâmes brusquement une grande tristesse.

Après avoir traversé le pont de Portbail, nous nous engageâmes sur le sentier côtier en direction de Barneville-Carteret. Tout le long de la plage se dressent, ici et là, de grandes villas construites au siècle passé et qui chacune possède toute une histoire.

Il est à noter que Portbail a été un centre sanitaire important pendant le premier conflit mondial. Le 14 janvier 1915, arriva à Portbail un important contingent de soldats belges convalescents venant de Saint-Lô. Ils occupèrent la villa du Domaine, l’Hôtel de la Mer et différentes villas de la plage. En novembre 1915, les formations sanitaires de Portbail disposaient de 266 lits: 76 à la villa scolaire, 85 à l’Hôtel de la Mer, 32 à l’école des filles et 23 au sémaphore ( 6 ). Au cours de l’année 1915, près de 2000 soldats belges convalescents ont été soignés à Portbail. De 1915 à 1919, l’hôpital belge de Portbail aurait soigné, au moins, 5300 blessés convalescents. (source Mairie de Portbail)

Nombre de projets de rénovation et de réhabilitation de ces immenses villas, souvent d’anciennes colonies de vacances, ont été envisagés avec plus où moins de bonheur. Il en va ainsi du centre de la ville de Saint Germain en Laye :

« À Portbail (Manche), le projet de complexe touristique avec centre de remise à forme, hôtel, et villas, a, pour la seconde fois été rejeté par le tribunal administratif, en raison de la loi Littoral….

Sur la côte ouest du Cotentin, l'histoire bégaie. Lancé par la mairie de Portbail, le projet de complexe touristique peine toujours à se concrétiser. Tout commence lorsque la ville de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) met en vente sa colonie de vacances en bordure de mer : la mairie de Portbail utilise en juin 2004 son droit de préemption sur le bâtiment et les cinq hectares du Domaine des Pins. Objectif : créer un complexe touristique dont le pilotage est confié à la Shema, société d'aménagement. »

Source : journal  Ouest France du 27.11.2013


accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts