7ème jour:  De Sainte Mère Eglise à Carentan par Utah Beach

Le lendemain de notre étape à Sainte-Mère-Eglise, nous fîmes route vers la côte la plus proche, l’endroit même où plus de soixante ans auparavant, les soldats de la première vague du  8e Régiment d’infanterie de la 4e Division du Général Barton était destiné à débarquer en première vague, à 6h30, à marée basse : la plage de Utah Beach.

Utah Beach est la plus à l’ouest des 5 plages du débarquement et elle englobe la partie du littoral du département de la Manche allant de Beauguillot jusqu’à Foucarville. Initialement, dans le grand plan de Débarquement en Normandie de l’Opération Overlord, 3 plages de Débarquement étaient prévues dans le Calvados. La plage de Utah Beach fut ajoutée pour faciliter la prise du port de Cherbourg, seul port en eaux profondes capable de décharger à grande cadence le ravitaillement nécessaire et ainsi permettre le succès des opérations militaires essentielles à la libération de la Normandie.

Utah Beach est également proche du verrou de Sainte-Mère-Eglise (carrefour central), permettant de continuer l’avancée des troupes. Les marais inondés en arrière constituaient quant à eux un obstacle majeur à la progression des unités américaines débarquées, ils devaient donc être contrôlés par les parachutistes américains des 82e et 101e divisions aéroportées.

Pour notre part, nous nous dirigions aussi à pied sur le GR223 vers Carentan un peu plus au Sud. Lors du débarquement cette ville devait également être prise en moins d’une semaine afin de faire le lien entre Utah et Omaha Beach, et de consolider la tête de pont américaine.

Le village de Sainte Marie du Mont qui domine la baie des Veys fut un point de repère important pour les parachutistes américains, dispersés après les parachutages, grâce au clocher  unique de son église, visible à des kilomètres alentour. Il était prévu que les forces américaines y débarquent simultanément à Omaha Beach, plage située à 15 km plus à l’est.

Les archives du journal Ouest France détaillent l’emploi du temps de ce jour fatidique :

Le 6 juin 1944, dans la nuit, à partir de 3h du matin, les éléments des premières vagues d’assaut stationnent à 18 km au large, et hors de vue des artilleries côtières. Le 8e Régiment d’infanterie plonge dans une attente fébrile. Le débarquement doit être précédé de bombardements aériens et navals, afin de détruire au maximum les positions de tirs ennemis. En effet, 4 points d’appui allemand s’étendent le long de la côte face à Utah Beach, et menacent la réussite du débarquement. Le point d’appui WN5, qui est composé d’une vingtaine de blockhaus s’étendant sur 800m, et qui garde la route vers Sainte-Marie-du-Mont, essuie une pluie de bombes. Seuls 35 soldats allemands parmi les 75 hommes occupant ce point d’appui seront encore en état de combattre.

A 6h30, 20 péniches déposent les 600 hommes de la première vague s’assaut à 700 m de la dune fortifiée. A marée basse, les obstacles du mur de l’Atlantique présents sur la plage sont visibles. Ils sont rapidement détruits à l’explosif et au bulldozer par les équipes de démolition américaines. Tous les quarts d’heure, les premiers débarqués seront rejoints par 600 hommes supplémentaires.


Le septième jour 1

accueil le sentier des douaniers ressources ceux de Scissy la trace contacts